Témoignage BREST Kerichen le 14 avril 2003   (8/8)


Références bibliographiques.

J'ai bien entendu la remarque d'une professeure selon laquelle nos interventions (des trois intervenants ?) ne seraient pas assez "scientifiques". Je ne sais ce qu'elle entendait par scientifique, mais cet adjectif est tellement dévoyé par la langue du pouvoir économique, utilisé comme un paravent, ou un joker exemptant de toute explication − objet même de la science − de toute justification d'une idée cherchant à s'imposer dans un seul but de domination, qu'il m'a semblé indispensable de restiuer d'entrée à la Science son utilité à l'Humain sans laquelle elle ne saurait se justifier. C'est ce que j'ai voulu dire en insistant au début sur l'honnêteté intellectuelle et le principe de précaution tellement mis à mal par la technoscience capitaliste.

À qui cela ne semblerait pas assez "scientifique" car trop "philosophique", je répondrai que la Science n'a pas d'autre raison que philosophique. Rabelais disait "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme", je complèterais: Science sans conscience politique ruine la Société.

Or, si l'on attend de nos scientifiques de demain qu'ils résolvent la durabilité du monde, on ne peut sûrement pas se contenter de leur enseigner aujourd'hui un "copié-collé" d'une science qui a largement collaboré à la mise en péril de cette durabilité. Je leur propose donc ici un nouveau discours de la méthode, en remplacement de celui de Descartes qui a fait son temps et auquel j'attribue une large responsabilité dans le fourvoiement des sciences dans l'œuvre de prédation dont nous constatons aujourd'hui les méfaits tant sociaux qu'environnementaux, économiques qu'écologiques.

(1) Ce nouveau "discours de la méthode", comme remise en perspective nécessaire et urgente des sciences, serait selon moi l'article intitulé "HASARD ET NÉCESSITÉ" de l'Encyclopædia Universalis (CD-ROM version 4.0 ©1998) de Ilya Prigogine (chimiste) et Isabelle Stengers (philosophe des sciences). Ces chercheurs de l'école thermodynamique de Bruxelles (Instituts Internationaux de Physique et Chimie fondés par Ernest Solvay, dont Prigogine est Directeur) ont levé l'incompatibilité jusque là apparente entre le second principe thermodynamique d'évolution de tout système isolé vers l'état le plus probable (L. Boltzmann) d'équilibre désordonné (d'entropie maximale), et l'apparition de la vie ordonnée. Ce qui prive la "science" économique néo-classique de son dernier "alibi" ! :o).

J'espère avoir montré que "les technologies et les sciences" ne pouvaient être "au service du développement durable" qu'à l'expresse condition d'interpeller ce qu'on entend par "???* durable", de s'assurer qu'il ne s'agit en aucun cas de développement, mais de sauvegarde du monde. Et le but ainsi redéfini, de réinterroger le moyen c'est à dire la Science elle même. Une telle démarche implique que cette Science inclut l'Économie DANS l'environnement.

(2) La base de ce cheminement, et de ma découverte de la nécessité d'une Économie Énergétique Isentropique, est l'ouvrage de Jean-Marie HARRIBEY qui reprend, en laissant de côté les développements les plus techniques, l'essentiel de sa thèse de doctorat de sciences économiques soutenue à l'Université de Paris.I-Pantéon-Sorbonne le 30 septembre 1996, intitulée "Développement soutenable et réduction du temps de travail, Analyse critique appliquée au cas de la France". Elle fut dirigée par le Professeur Serge Latouche de l'Université Paris XI :

Jean-Marie HARRIBEY
(économiste sociologue université Montesquieu-Bordeaux IV)L'ÉCONOMIE ÉCONOME
Le développement soutenable par la réduction du temps de tavail
Collection Logiques économiques, éditions l'Harmattan Paris 1997

Résumé :
Malgré ses multiples performances techniques, le développement économique est dans une impasse: la logique de l'accumulation du capital impose partout la précarisation des salariés et la marginalisation d'un nombre croissant de chômeurs, de pauvres et d'exclus; parallèlement, la domestication de la nature est parvenue à un point où les équilibres des écosystèmes sont dangereusement menacés par des pollutions de toutes sortes. Crise sociale et crise écologique sont liées parce que sans l'exploitation de la nature, celle du travail n'aurait pas eu de support matériel, et sans l'exploitation du travail, celle de la nature n'aurait pu s'enclencher et se généraliser. (Ndlr conséquence de l'équivalence énergétique). Ce livre analyse la crise du développement et critique l'imposture qui consiste à laisser croire qu'une croissance économique infinie serait possible. Il explore la voie d'une économie économe des ressources naturelles et du travail humain...

Sur l'aspect agricole et bio-technologique de notre problématique "espèce humaine et croûte terrestre", si vous ne pouvez lire qu'un seul ouvrage, "La guerre au vivant" s'impose:

(3) "Sciences de la vie" ou plutôt nécrotechnologies: La biologie moderne et ses biotechnologies relèvent plus de la spéculation financière caractéristique de notre époque que d'une science qui a perdu jusqu'au souvenir qu'elle avait pu se ranger sous la bannière de la vérité, du désintéressement et de l'émancipation... Des sciences de la mort se déguisent en "sciences de la vie". Constat critique et propositions, ce livre s'efforce de répondre aux préoccupations du mouvement de résistance aux mystifications de la biologie marchande.
LA GUERRE AU VIVANT,
OGM & autres mystifications scientifiques
Textes réunis par Jean-Pierre BERLAN (INRA Montpellier) format poche, 156 pages, coll. Contre-feux, Agone Éditeur, 2001 BP 2326, F-13213 Marseille cedex 02 www.atheles.org/agone

Ces trois références sont me semble-t-il suffisantes, mais néanmoins indispensables, pour comprendre mon propos. Je suis toujours en recherche et ne prétends détenir aucune vérité définitive, mais jusqu'à démonstration de l'erreur, une hypothèse est supposée vraie selon la loi de présomption d'innocence ;^). Aussi, quand Céline m'a dit qu'un prof. lui avait dit que je racontais des "conneries", me suis-je sentie frustrée: ce serait me rendre service, ainsi qu'aux élèves, que ce professeur éclairât ma lanterne. Je lui lance ici un appel amical.

Mais Pour aller plus loin:

(4) "L'Univers dans une coquille de noix" (The Universe in a Nutshell, ed. Bantam Books)
Stephen Hawking (actuel titulaire de la chaire jadis détenue par Isaac Newton à l'Université de Cambridge)
Traduction Christian Cler, éditions Odile Jacob, octobre 200
15 rue Soufflot, 75005 Paris

(5) Article La physique du désordre Jean-Pierre Eckmann et Maurice Mashaal in La Recherche, n 232 spécial LA SCIENCE DU DÉSORDRE mai 1991

(6) Revue l'Écologiste (édition française de The Ecologist)
25, rue de Fécamp - 75012 Paris
Chaque numéro recense une bibliographie, sélection:

n 2 LA CRISE CLIMATIQUE hiver 2000
n 5 Sciences & techniques LES RAISONS DE LA CONTESTATION
n 6 Défaire le développement REFAIRE LE MONDE hiver 2001
n 7 COMMENT NOURRIR L'HUMANITÉ ?
n 8 L'ÉTAT DE LA PLANÈTE octobre 2002

(7) DRAST Ministère de l'Équipement, notes du centre de prospective et de veille scientifique (sommaire),
N 13 DÉVELOPPEMENT DURABLE VILLES ET TERRITOIRES Innover et décloisonner pour anticiper les ruptures Jacques THEYS (téléchargement direct fichier pdf 1270 ko)

Et quelques liens:

(8) Sur la critique du développement et la construction de l'après-développement :
www.apres-developpement.org
Institut d'études économiques et sociales pour la décroissance soutenable.

(9) Sur l'environnement en général :
Portail européen et "newsletter" de l'environnement www.enviro2b.com
Greenpeace: www.greenpeace.fr
Appel contre la brevetabilité du Vivant: www.ecoropa.org
et les OGM: www.ogmdangers.org

(10) Et l'énergie en particulier :
Le ministère: www.industrie.gouv.fr/energie
Dénonciation des institutions du gaspillage d'électricité:
www.electricitedeforce.com
Machines Stirling: www.howstuffworks.com/stirling-engine.htm
Éoliennes: www.windpower.org
L'observateur des énergies renouvelables:
www.energies-renouvelables.org
Comité de liaison des énergies renouvelables: www.cler.org

(11) Et le mensonge nucléaire en particulier 2 :
Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la RADioactivité (CRIIRAD) www.criirad.com
Réseau Sortir du Nucléaire www.sortirdunucleaire.org
Une centrale étatsunienne (mêmes réacteurs Westinghouse que chez nous) qui connait actuellement de sérieux problèmes de sécurité www.cleveland.com/davisbesse/

(12) Et bien sûr le Laboratoire d'Énergétique Isentropique
(en chantier, sera implémenté au fur et à mesure) :
www.delestage.org

revenir Conclusion haut page
début doc.
DELESTERREAccueil Fin doc.
Fini !